Aptitude à la transformation du peuplier : usinage, séchage, finition

L'aptitude à la transformation du bois de peuplier est bonne. Elle ne pose généralement pas de problème insurmontable pour les procédés industriels modernes.

Le sciage du peuplier est aisé et offre une bonne résistance à l'arrachement. Les principales difficultés rencontrées proviennent de la présence de bois de tension. En sciage, sa présence conduit à la formation de surfaces pelucheuses qui peuvent provoquer un échauffement de la lame. Un avoyage important de la denture du ruban de scie est de nature à réduire cet inconvénient.

Malgré sa forte contenance en eau (environ 60% d’humidité), le peuplier se sèche relativement vite. Mais la présence de bois de tension peut induire des déformations ou des fentes parfois importantes des sciages ou des placages déroulés. En général, plus le bois est utilisé jeune, et moins il est sujet à ce type de désagrément.

En ce qui concerne la finition du contreplaqué peuplier, on obtient après ponçage de belles surfaces homogènes. La planitude des grands panneaux sera souvent fonction de l’origine du bois peuplier. Peinture et vernissage ne posent aucun problème si on prend soin d'effectuer un égrenage après la première couche.

Enfin, ses aptitudes à l’usinage sont excellentes.